mardi 23 août 2016

La Passe-Miroir T1: Les Fiancés de l'Hiver - Christelle Dabos

Chronique #14


Titre : La Passe-Miroir
Tome : Tome 1 ; Les Fiancés de l’Hiver
Auteure : Christelle Dabos
Edition : Gallimard Jeunesse
Pages : 519

Résumé :
« Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs, Elle vit paisiblement sur l’arche d’Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. A quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel. »


Les Fiancés de l’Hiver, un livre qui m’avait attiré l’œil. Enfin, non,
pas vraiment, c’est le tome 2 qui avait attiré mon regard, de par le
crayonné magnifique de la couverture. Je trouvais cela envoûtant,
pouvant me faire partir ailleurs, dans un autre monde. Alors j’ai
décidée de prendre le premier tome. Il faut bien commencer par le
premier (qui est tout aussi beau au niveau de la couverture).

Livre d’environ 500 pages, que je me disais lire en 2-3 semaines, mais
il n’en est rien, je l’ai fini en moins d’une semaine. Au début du
roman, je pensais avoir du mal à comprendre, car cela parlait de
cousins, et cousines, dans toute la ville… D’arche, d’esprit de famille.
Mais au final, j’ai fini par comprendre, sans que le roman l’explique.

Voilà l’explication !
Le monde est fissuré en plusieurs Arches, des sortes de continents si on
le voit dans ce sens. Sur chaque Arche, il y a un esprit de famille, qui
est considéré un peu comme un dieu sur l’Arche. C’est de cet esprit de
famille que descendent tous les habitants de l’Arche. Bien sûr, pour
chaque Arche, il y a des mœurs et coutumes différents. Il y a en tout 21
Arches Majeures, et 186 Arches Mineures. Je ne sais pas trop ce qu’est
la différence, mais je pense que les Mineures doivent être celles moins
habités, ou moins fréquentées, ce genre de chose peut-être. Bien sûr,
quand j’ai dit « sorte de continent », on ne s’y rend pas par la mer,
mais par les airs, ce sont des sortes d’îles flottantes.

Le roman parle d’Ophélie, une jeune fille vivant sur une arche nommée
Anima. Sur cette arche, tout le monde est cousin, cousine avec tout le
monde. Le climat est appréciable, et les habitants — certains, en tout
les cas — ont des dons particuliers. Ophélie a la capacité de se déplacer
sur de courtes distances à travers les miroirs (d’où le titre de la saga :
La Passe-Miroir, lui faisant sans doute référence), et celle de /lire/.
Lire, les objets, le passé du propriétaire de l’objet. Don rare,
qu’elle maîtrise avec une infime précision, malgré sa façon d’être
maladroite et renfermée.

Cette jeune fille, qui voue sa vie à son musée, va se retrouver fiancée
de force, par les Doyennes d’Anima, à un homme d’une autre
Arche. Événement très rare, voir même qui n’est jamais arrivé sur Anima.
Pourquoi elle ? Pourquoi pas une autre ? Apparemment tout porte à croire
que c’est parce qu’elle a refusé tous les cousins qu’on lui proposait
en fiançailles. Elle n’avait plus le choix. Elle doit s’en contenter.

Mais qui est le fiancé ? Il s’appelle Thorn, et vient d’une Arche nommée
le Pôle, la plus lointaine arche connue. Une arche dite froide,
pleine de chasseurs assoiffés de sang. Et bien en un sens… Ce n’est pas
faux.

Ce Monsieur Thorn est un géant froid et qui semble vouloir tout
contrôler. Et le Pôle est un endroit particulier. Pas de cousins, ni
cousines. Il y a des nobles et des domestiques. Les nobles, eux, se
découpent en Clans (frère, sœur, mère, père, mari, femme). Et chaque clan
possède un pouvoir qui lui est propre. Thorn vient du Clan des Dragons,
(en partie, car Thorn est un bâtard), ce clan possède le pouvoir des
Griffes, le fait de blesser ou tuer sans armes, juste par la pensée.
Étrange, pourquoi la fiancer à un bâtard, d’un clan puissant, certes,
mais un bâtard, alors qu’elle aurait plus d’impact à être fiancée à un
membre à part entière des Dragons, si c’est pour redorer leur blason… Et
puis, même, si c’est pour redorer un blason de clan puissant, mais
déclinant, pourquoi elle ? Une étrangère qui est en plus de cela mal
fagotée…

Trop de questions, et puis trop de mystères… Le Pôle. Du vernis sous la
crasse, tel est ce que l’on dit de cette Arche. Car en effet, la
Citacielle, capitale du Pôle, n’est qu’une illusion de luxure et confort.

Chose encore plus étrange… Elle doit cacher son identité, en portant une
illusion, elle devient Mime, un valet inexpressif. Mais que se passe-t-il,
que lui cache-t-on, et pourquoi tout le monde semble vouloir du
mal à la « fiancée de Thorn » ? Cette arche est très spéciale, voire même
barbare…

Mais cela n’empêchera pas Ophélie de sortir son épingle du jeu ! Vous
verrez si vous liser prochainement ce livre. Beaucoup de personnages
hauts en couleur, d’autres plus mystérieux et pragmatiques, avec des
pouvoirs extraordinaires.

L’imagination de l’auteure est sans limite, et bien organisée,
félicitation pour cette merveille que j’ai pu découvrir grâce à mon œil
aguerri.

Ma citation favorite, venant de la page 14 :
« Ça donnait envie à Ophélie de ne surtout toucher à rien, de laisser
les choses en l’état, de rebrousser chemin, de peur d’abîmer ce tableau
familier. Pourtant, elle devait se résoudre à briser le charme. »

Pour ce qui est de ma note, je mettrais un 4,5/5, car je trouve Ophélie
tout de même trop timide pour agir et parler. J’espère trouver une
évolution au fils des tomes.

1 commentaire:

Coline Paillet a dit…

Un tome 1 dévoré en 3 jours pour ma part, et le t.2 est beaucoup mieux je trouve, la preuve : dévoré en 6h !!! J'ai beaucoup aimé aussi et Ophélie n'est pas mon perso préféré. C'est les persos secondaires que je préfère, comme son grand-oncle ou encore Archibald ^^